Superman - Redson

Publié le par Julie Fleury

Mark Miller, Dave Johnson & Killian Plunkett, Superman Red Son
Mark Miller, Dave Johnson & Killian Plunkett, Superman Red Son

"Ukraine, 1938. Une fusée s'écrase en pleine campagne : à son bord, un bébé qui va être rapidement adopté par un couple de fermiers. Des années plus tard, l'enfant a grandi au sein du régime stalinien. Il devient alors le héros des travailleurs et la fierté de l'État soviétique. Son nom ? Superman !"

Super soldat URSS

Superman, ici, atterrit en Ukraine. Il est élevé dans un kolkhoze (coopérative agricole où les terres, les outils, le bétail étaient mis en commun) par un couple de fermier fidèles aux doctrines staliniennes. Très vite remarqué, il est placé au service de Staline lui-même et fait figure de super-soldat à l'intelligence remarquable.

Le comics commence in media res, et l'on retrouve un superman adulte, très semblable à celui que nous connaissons bien, défendant peu ou prou les mêmes valeurs (celles de justice et d'aide aux opprimés). Seul le contexte est différent et c'est ce qui rend la publication de ce comics très courageux. En effet, la guerre froide n'est pas si lointaine dans l'esprit des américains. Il y a peu, encore, les méchants des films d'action (et des romans) étaient russes, et communistes, cela va sans dire. D'ailleurs, la plupart le sont encore (russes, je veux dire)*.

Ici, l'URSS enfante Superman, qui incarne habituellement les valeurs positives des États-Unis : patriotisme, liberté, justice... Et ce sont ces mêmes valeurs que défend ce super soldat soviétique. Ils les défend simplement contre les États-Unis et met en relief les défauts du régime américain.

Un super-tyran

Staline meurt, c'était inévitable. Et Superman est désigné pour prendre sa relève, parce qu'il est le plus à même de guider le peuple, de régler les problèmes et de faire en sorte que le système soit le plus bénéfique à tous.

Il y parvient, naturellement. Il n'y parvient même que trop. Le monde entier se soumet au régime communiste géré par Superman. Les hôpitaux, les écoles... tout est accessible. Il règle le problème de la crise. Les famines et autres restrictions ne sont plus qu'un désagréable souvenir. La vie, matérielle, est parfaite, la durée de vie exceptionnelle (plus de cent ans)... En revanche, pour la liberté, on repassera. Superman devient un super tyran voulant imposer, non par la force mais par la diplomatie et l'exemple, son modèle de société qu'il juge la meilleure pour l'humanité. Mais Batman (un batman violent, encore plus sombre et en rébellion totale contre le système) ne l'entend pas de cette oreille. Ni lui, ni Lex Luthor, devenu président des États-Unis, seul pays à s'entêter dans le libéralisme et à refuser l'alliance avec l'Union Soviétique.

Car se dessine ici, en filigrane, une vraie critique de la tyrannie, qu'elle se présente sous une forme "douce", sous couvert de bonnes intentions (Superman) ou dans une main de fer, implacable et armée (Lex Luthor). Car les deux procèdent de la même intention : convaincre le monde de la suprématie de leurs idéaux. Il n'est plus question d'affrontements idéologiques mais bien d'une critique du dogmatisme, qui ne laisse place ni à la réflexion ni au libre arbitre.

De plus, la chute (no spoil) rapproche encore Lex de Superman, les liant irrémédiablement.

En résumé : un excellent comic-book pour les connaisseurs de Superman (et un peu renseignés sur l'URSS). Pour une adaptation originale du contexte d'un thème bien connu même si les valeurs fondamentales restent les mêmes. Un beau brin de courage dans une Amérique post-guerre froide et un très bel album.

Millar, Mark (scénario), Johnson, Dave & Plunkett, Killian (dessin). Superman Red Son. Paris : Urban Comics, 2013. 15€

* Prenez l'exemple du film d'action Jack Reacher de Christopher McQuarrie, sorti le 21 décembre 2012, dont le rôle titre est joué par Tom Cruise. Dans ce film, Jack, notre héros américain, part à la poursuite de "Le Zek", ancien prisonnier des goulags soviétiques. Ce film illustre la conviction américaine que l'URSS n'a enfanté que le pire et que ce pire est maintenant devant nous (bon après, c'est aussi un sacré nanar).

Superman - Redson
Superman - Redson
Superman - Redson

Publié dans BD grands ados

Commenter cet article