Ori and the blind forest

Publié le par Julie Fleury

Moon Studios, Ori and the Blind Forest
Moon Studios, Ori and the Blind Forest

"La forêt de Nibel se meurt. À la suite d'une terrible tempête ayant déclenché une série d'événements tragiques, un petit héros des plus improbables doit se lancer dans un éprouvant périple. Armé de tout son courage, il devra affronter un sinistre adversaire et sauver sa terre natale."

Jeu de plateformes : réflexes et agilité

Le moteur du jeu tourne bien, même sur mon PC qui n'est pourtant pas une bête de compétition (1.8 GHZ les bons jours).

Les actions du petit Ori sont fluides et, il faut le dire, très agréables (à voir comme à effectuer). Pas de combat de boss ici, et on ne tire sur personne avec un gros gun à l'américaine. Non, non, non. Vous incarnez une petite créature magnifique (j'y reviendrais) qui explore la forêt et tente de la "réparer".

On saute, on bondit, on déplace des objets et on résout des puzzles (plutôt simples et basés sur un bon timing). Le tout exige de bons réflexes et une motricité assez fine. Pas de "mash X to win" (littéralement "écrase le bouton X pour gagner"), ici, il faut appuyer sur les boutons au bon moment. Et ce n'est pas toujours évident, tout est parfois une question de secondes.

Cela peut être usant pour les nerfs (surtout au bout de la 20e mort, tué par la même boule de feu... ok, on sent le vécu), mais quelle joie d'arriver à passer un obstacle !

Le jeu vous laisse sauvegarder quand bon vous semble par le biais de petites orbes d'esprit (les bleues). Il vous faut assez d'énergie spirituelle pour créer un "lien d'âme" (un point de sauvegarde) : attention donc à bien gérer son énergie et à ne pas trop sauvegarder (ce que les stressés comme moi feront, bien sûr)... au risque de se retrouver devant un passage infranchissable au bout d'un long chemin à refaire à chaque mort !

C'est donc au joueur de doser : les sauvegardes mais aussi toutes ses actions (que ce soit le bon timing des sauts ou la dose exploration du monde / poursuite de la quête principale). Le joueur est alors relativement libre de ses mouvements et d'aller, à son rythme, sauver la forêt !

Une petite merveille graphique

Au-delà du moteur de jeu, très fluide, du scénario, bien sympatoche, le jeu Ori and the blind forest a UN argument imparable : il est très très beau !

Les graphismes sont impeccables, propres, fins et extrêmement travaillés. On en redemande ! En se promenant dans la forêt, émerveillée par le décor, je suis tombée dans de nombreux pièges : boules épineuses, trous, mares dans lesquelles mon petit Ori ne nage pas... J'en passe et des meilleures. Mais même les pièges sont beaux. On a envie d'aller voir de plus près !

Quant à Ori... Ah, Ori ! Il est si mignon, si petit... si adorable en un mot qu'on l'adopte illico ! D'ailleurs, les personnages du début sont vraiment touchants et la relation qu'ils entretiennent vraiment belles (pas de spoil, mais le début peut être un peu dur à ingérer pour un enfant sensible ou trop jeune).

En bref, vous l'aurez compris, ce jeu est magnifique. Il est pour moi l'exemple du jeu vidéo qui permet d'apprendre et de développer des capacités chez l'enfant (et chez le grand enfant qu'est l'adulte également) : imagination, créativité, goût esthétique, réflexe et agilité... Sans compter qu'il est aussi très divertissant !

En résumé : un très bon jeu vidéo, ludique avec ce qu'il faut de difficulté, magnifique et quasi contemplatif sur certains passages. On ne s'étonnera plus qu'il soit dans la sélection Flash 2015 ! Testé et approuvé (mais pas encore fini).

Mahler, Thomas (directeur). Ori and the blind forest. s.l.: Moon Studios / Microsoft, 2015. 19€99

Ori and the blind forest
Ori and the blind forest
Ori and the blind forest
Ori and the blind forest

Publié dans jeu vidéo

Commenter cet article