Qui a tué Minou-Bonbon ?

Publié le par Julie Fleury

Joseph Périgot, Qui a tué Minou-Bonbon ?
Joseph Périgot, Qui a tué Minou-Bonbon ?

"La gourmandise est un vilain défaut, mais ce n'est pas une raison pour se faire tuer à coups de bâton ! Nico s'enfuit pour retrouver l'assassin de Minou Bonbon, le vieux minou trop gourmand." Sélectionné par le Ministère de l'Éducation Nationale en cycle 2

Enquête policière

Un petit roman (48p.) pour s'initier aux arcanes du roman policier. Ou pas. Parce que je n'y ai pas vu un roman conçu "pour apprendre". En tout cas, pas seulement. L'enquête est bien menée, les personnages bien trempés. On est pris au jeu et, comme le petit Nico, on veut retrouver le salaud qui a tué Minou-Bonbon.

Alors, comme Nico, on suspecte un peu tout le monde. Et puisqu'il y croit, nous aussi. Nous sommes littéralement embarqués dans l'énigme et dans l'enquête menée par Nico. Son papa se voit contraint de le raisonner, parfois. Et de nous rappeler que, nous non plus, nous ne devons pas hurler au coupable sans preuve.

Entre rire et larme

Certes, ce vieux matou n'était pas gentil avec tout le monde. Certes, il était beaucoup trop gourmand. Mais est-ce une raison pour le tuer ? Non. Nico s'indigne, et le lecteur avec lui. Quel être affreux aurait pu tuer Minou-Bonbon ?

Car le meurtre du vieux matou est un acte cruel, sans motif, inutilement méchant. Et Nico de se révolter face à cette violence inutile mais aussi face à la mort, tout simplement : "parce que c'est trop horrible d'être mort quand on a été vivant".

Entre les larmes que l'on verse pour le vieux couvreur, le père Latuile, ami de Minou-Bonbon, celles que l'on verse pour le vieux chat, et le rire qui nous emporte parfois devant l'enthousiasme et la tornade Nico, on a pas fini d'en parler, de Minou-Bonbon !

En résumé : un bon p'tit polar pour découvrir le genre, avec une histoire drôle et émouvante, et pour s'indigner contre la violence gratuite.

Périgot, Joseph. Qui a tué Minou-Bonbon ? Paris : Syros, 2007. 3€

Publié dans roman dès 6 ans

Commenter cet article